Quentin Gilbert prêt à relever le défi sarde

7 juin 2016 15:04

Quentin Gilbert et Renaud Jamoul poursuivent leur programme en Championnat du Monde des Rallyes WRC 2 en Sardaigne, en prenant part au Rallye d’Italie (9-12 juin), en DS 3 R5. Après un bon début de saison au Monte-Carlo, et une sortie encourageante mais frustrante au Portugal, l’équipage DG Sport vise une performance sans accroc sur les routes rugueuses de Sardaigne.

Après une longue pause entre les deux premières manches de la saison en WRC 2 de Quentin Gilbert, les épreuves s’enchaînent désormais pour le Vosgien. Trois semaines après le Portugal, et avant la Pologne et la Finlande, c’est la terre de Sardaigne qui se profile. De nouveau, le plateau sera relevé et Quentin devra s’employer pour aller chercher les gros points. Pour être d’entrée dans le bon rythme, le vainqueur du Junior WRC 2015 disputait ce lundi une séance d’essais au volant de la DS 3 R5.

« C’était une très bonne chose de réaliser ces essais, confirme Quentin. Nous avons roulé à Castelsardo, sur une base représentative de ce que nous allons rencontrer cette semaine. Nous avons peaufiné au mieux les réglages à la suite du travail entrepris au Portugal. Ça nous a également permis de nous acclimater à la chaleur, qui devrait sévir durant le rallye. Auparavant, je me suis entraîné physiquement en ce sens, afin d’être prêt à affronter ces conditions. Les journées seront longues et il faudra se montrer vigilants du premier au dernier kilomètre. »

Après le Portugal – où le pilote de Châtenois était sorti trop large dans une spéciale de la deuxième étape, avant d’être victime d’une alerte mécanique le dimanche –, l’essentiel est de rallier l’arrivée sans encombre et engranger de la confiance avant les épreuves rapides du mois de juillet (Pologne, Finlande). « Le règlement du WRC 2 fait que l’on avait un joker. On l’a utilisé. Désormais, l’objectif est de ramener des points de chaque épreuve. Et ça débute donc en Italie ; nous voulons repartir avec le sentiment du devoir accompli et ne pas donner du travail aux mécaniciens alors que les rallyes s’enchaînent. »

L’épreuve débutera jeudi soir avec une spéciale sur un parcours d’auto-cross mais Quentin Gilbert sait que le plus dur sera ensuite à venir. « Ces courtes spéciales, disputées avec deux pilotes face à face, sont formidables pour le public. Pour les pilotes, il n’y a pas grand chose à gagner, mais c’est une belle façon de démarrer. Les choses sérieuses commenceront le vendredi, et le samedi sera d’importance, avec six spéciales, près de 180 kilomètres de chrono, et notamment la spéciale de Monte Lerno, longue de 44 kilomètres. Ce sera sélectif, pour les hommes et la mécanique, et il faudra répondre présent. Nous y sommes prêts ! »

 

Laisser une réponse

obligatoire

obligatoire

facultatif