Quentin Gilbert engrange de gros points !

23 avril 2018 16:26

Cinquièmes du Rallye Lyon-Charbonnières-Rhône, Quentin Gilbert et Valentin Salmon ont effacé la déception de leur début de saison écourté en débloquant leur compteur en Championnat de France des Rallyes. Face à un terrain qui lui était inconnu, l’équipage de l’équipe 2C Compétition a démontré qu’il faudra compter sur lui cette année.

Après la désillusion d’un Touquet prématurément interrompu, Quentin Gilbert était prêt à véritablement lancer sa campagne en Championnat de France des Rallyes au « Charbo ».

Découvrant les spéciales des Monts du Lyonnais vendredi, le pilote de la Skoda Fabia R5 devait surmonter des problèmes de pop-off le matin. Après une intense session d’ajustement des réglages et des notes à l’assistance, le Vosgien progressait dans la deuxième boucle et s’offrait le scratch sur Charbonnières en fin de journée !

Samedi, Quentin et son copilote Valentin prenaient la direction du Beaujolais pour huit spéciales. Bien placé pour jouer un podium, le duo perdait du terrain lors d’un premier passage timide avant de hausser le rythme l’après-midi. Malgré un tête-à-queue dans l’ES10 et l’ES12, les performances et les temps prometteurs de Quentin lui permettaient de sceller la cinquième position à l’arrivée.

« C’est un bon résultat si l’on rappelle que nous n’avons pas roulé au Touquet », estimait Quentin. « Cela ne m’empêche pas d’être légèrement déçu. Le podium était notre objectif initial, mais cette cinquième place s’explique par un manque de roulage et d’expérience du terrain. C’est difficile d’être à l’attaque d’entrée sur des routes inconnues et j’avais sous-noté pour les premiers passages. Quand j’étais plus en confiance, j’ai essayé de jouer. »

« Il s’agissait aussi de mon premier vrai rallye avec Valentin et 2C Compétition en Championnat de France. Même s’il y a toujours besoin d’une petite période d’adaptation, le courant passe bien et je remercie l’équipe de son travail parfait, sans oublier celui effectué par mes ouvreurs. Nous n’avons pas trop de regrets à avoir. Yoann Bonato était sur une autre planète et son énorme connaissance du terrain a fait la différence. De mon côté, j’ai donné le maximum avec beaucoup de travail en amont du Charbo et pendant. Je me suis parfois régalé, comme sur le deuxième passage de Marchampt en pointant à seulement 4’’5 du scratch. Cela démontre que l’on peut se battre avec les autres en connaissant un peu mieux le terrain. »

« J’ai déjà hâte d’être à Antibes », affirmait Quentin. « Mes ambitions sont intactes et je vise le podium. Je savais que le début de saison serait difficile, car je suis encore en phase d’apprentissage. Lors de mes six années en mondial, je n’avais pas roulé en France et je redécouvre tout. Certains concurrents sont présents depuis plusieurs années sur des spéciales qui évoluent peu. Cela tire le niveau vers le haut et le Championnat de France n’a pratiquement rien à envier au WRC2. Néanmoins, j’ai toujours progressé dans la difficulté. Cela me motive d’autant plus à travailler d’arrache-pied pour faire mieux sur les prochaines manches ! »

Le Rallye d’Antibes Côte d’Azur se déroulera du 18 au 20 mai sur les routes de l’arrière-pays niçois.

Laisser une réponse

obligatoire

obligatoire

facultatif