Quentin Gilbert accumule de l’expérience à Antibes

22 mai 2018 08:14

Quentin Gilbert a poursuivi son apprentissage en Championnat de France des Rallyes à l’occasion du Rallye Antibes Côte d’Azur. Guidé par Valentin Salmon et l’équipe 2C Compétition, le Vosgien a fait le plein d’expérience sur une épreuve qu’il découvrait dans des conditions en constante évolution.

Après sa cinquième place au Lyon-Charbonnières, Quentin Gilbert retrouvait sa Skoda Fabia R5 sur la Côte d’Azur. Après une préparation méticuleuse conclue par une séance d’essais, Quentin prenait le départ du Rallye d’Antibes pour la première fois de sa carrière.

Conformément à ses objectifs, il accrochait le bon wagon d’entrée en se classant quatrième des deux premières spéciales avant que l’ES3 ne contrarie ses plans.

Victime d’une crevaison dès le cinquième kilomètre, l’équipage perdait plus de deux minutes pour changer la roue. Le binôme choisissait alors de se concentrer sur sa propre course pour engranger un maximum d’informations lors du deuxième passage. Malgré l’arrivée de la pluie sur le Col de Bleine et le Mont Brune, le pilote de la Skoda Fabia R5 défiait les pièges de la route humide pour rentrer à chaque fois dans les six premiers.

Dimanche, Quentin et Valentin poursuivaient sur leur lancée en s’immisçant parmi les ténors de la discipline. Dans l’ES10, le Vosgien signait même le troisième temps en dépit d’un choc latéral contre un muret. Si le train arrière était touché, cela n’empêchait pas le duo de rallier l’arrivée aux portes du top dix !

« Nous visions le podium et nous étions bien partis pour nous battre avec le trio de tête », estimait Quentin. « Malheureusement, la crevaison nous a coûté cher et nous n’avions pas d’autre choix que de nous arrêter. Malgré la déception, nous nous sommes vite remobilisés en adaptant nos objectifs. Il fallait que je reste motivé pour engranger toujours plus d’expérience et essayer de claquer des temps. En parallèle, l’équipe a réalisé un travail formidable en me fournissant une voiture performante. »

« Ce week-end, j’ai vraiment eu le sentiment d’avoir retrouvé ma pointe de vitesse. J’ai souvent pris du plaisir au volant et cela nous encourage pour la suite de la saison. Après la crevaison, nous n’avions plus rien à perdre. Nous avons donc tenté des paris avec les pneus. Certains n’ont pas été payants, j’ai commis quelques erreurs, mais nous avons visé juste dans la dernière boucle. De la pluie était annoncée au Col du Turini. Nous sommes partis en médiums tout en embarquant deux supersofts. D’entrée, nous faisons le troisième temps sur l’ES10 alors que je tape un muret qui ouvre le train arrière. Cela démontre qu’avec les bons choix, la performance est au rendez-vous. »

« Les défis ont été nombreux en ce début de saison et j’ai hâte d’être au Vosgien », concluait Quentin. « J’ai commencé à étudier les vidéos. Le parcours a évolué depuis mon dernier départ en 2013, donc je vais découvrir certaines spéciales même si je reste en terrain connu sur ce profil de route. J’aurais un petit avantage, mais la concurrence sera toujours aussi relevée. Nous avons les capacités de viser la victoire. Nous devrons tout simplement éviter les embûches pour obtenir un résultat solide et commencer une belle série ! »

Revenu à la dixième place du Championnat de France des Rallyes, Quentin Gilbert tentera de poursuivre sa remontée au classement général sur les routes de sa manche à domicile, le Rallye Vosgien (8-10 juin).

Laisser une réponse

obligatoire

obligatoire

facultatif